-A +A

Haras National de Lamballe

Le cheval c'est trop génial

Rentrez dans un univers unique dédié aux chevaux à Lamballe

Écuries abritant les étalons de traits et postiers bretons, selleries, remise à voitures hippomobiles, expositions, poney et âne de la cavalerie pédagogique, spectacles équestres, compétitions sportives…

Une architecture d’exception

Les 12 écuries présentes sur le site ont été construites à différentes époques mais possèdent toutes un style architectural napoléonien, utilisant la brique rouge au niveau des ouvertures pour de mettre en valeur le bâtiment. L'architecture est avant tout fonctionnelle alors que son implantation lui donne un rôle représentatif fort : situé en plein centre-ville, il participe à la renommée de Lamballe.
A proximité de ces écuries, des structures telles que la remise à voiture hippomobiles, la forge, le hangar, le château d'eau... complètent ce paysage architectural si particulier.

Rosiers, arbres et espèces remarquables

Plantés depuis des années, différentes espèces d'arbres et de rosiers s'épanouissent sur le site. Ces plantations soignées soulignent l'ordonnancement des façades des écuries. Sur le site, plus de 35 espèces de rosiers sont répertoriées. Des arbres remarquables aux dimensions impressionnantes surprennent également les visiteurs comme le noyer d'amérique, les séquoia géant, le cèdre bleu...

Et des chevaux typiques de la région

Le Haras de Lamballe est un des haut-lieux de l'élevage du cheval breton.
Dans cette race qui compte chaque année plus de 2000 naissances (l'une des races de trait parmi les plus appréciées en France et à l'étranger), on distingue le Trait Breton du Trait Postier Breton.

Issu des souches les plus anciennes de Bretagne (on dit qu'il arriva avec les premiers celtes), amélioré au fil du temps, le cheval de trait breton alliait la puissance à un certain influx nerveux lui permettant de travailler sur tous types de terrains, qualités additionnées d'un indéniable bon caractère.

Avec l'apparition fin du 19 ème siècle, début 20ème, de besoins plus diversifiés en matière de traction animale, on assiste à l'émergence des 2 rameaux qui perdurent aujourd'hui :

Le Trait Breton, rendu plus puissant encore par des apports de races plus lourdes (ardennais et percheron notamment). Il se destine plus particulièrement à l'agriculture et à la traction lourde.

Le Postier Breton, créé par des croisements entre Traits Bretons et Norfolk anglais. Plus léger, avec un trot très actif et un port de tête relevé, il devient très vite le cheval d'attelage par excellence, pour les voitures de maître, les voitures de poste, qui doivent mener bon train, mais aussi pour les besoins de l'artillerie.